Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Infos

  • : Livres comme l'air...
  • Livres comme l'air...
  • : En quête de livres intergénérationnels...
  • Contact
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 19:42

IMG 3351 IMG 3355

 

chapellerie.jpg

 

Frédéric Clément

Albin Michel

2010

21 x 34 cm

 

      Je l'ai trouvé, je ne le lâcherai plus. Je vais me faire tatouer "Chapellerie" sur l'épaule. Bon d'accord peut-être pas quand même, mais vous mesurez mon enthousiasme !

     Cet album pour "grands" est un vrai délice. Rien qu'avec la mise en page il y a de quoi s'amuser : variations autour des polices de caractères, des tailles de caractères, de l'alignement des paragraphes... Un vrai virtuose ! Les éléments de la page sont autant d'ingrédients magiques que l'on plongerait dans une marmite.


IMG 2868IMG_2874.JPGC'est comme un parcours de santé pour les yeux : ils bondissent de lignes en lignes, à l'assaut d'un alinéa ou d'un petit mot isolé, glissent le long d'un toboggan de lignes décalées, se rapprochent et s'éloignent des mots tantôt gros tantôt minuscules. Et je dis "minuscules" en mesurant mes mots (c'est le cas de le dire) : deux lignes de textes sont si petites qu'elles sont illisibles, quand bien même on devine des formes.

 

Note : heureusement que l'on ne parvient pas à lire (tout le monde autour de moi s'y est essayé) : ces deux lignes contiennent des informations secrêtes (tambours dramatiques...).

 

      Parce que voilà. Notre personnage principal, qui n'est d'ailleurs rien si ce n'est le pronom personnel "je", rencontre par hasard Aquilon AQUILON, vent du Nord malicieux mais pris au piège du chapeau de Monsieur Magritte.

 

Rien que ça devrait suffire pour vous mettre l'eau à la bouche et vous donner envie d'aller le lire TOUT DE SUITE. Mais je ne résiste pas à l'envie de vous en dire plus ...

 

      L'album est un inventaire, celui du contenu de la Chapellerie extraordinaire tenue par Sir Aquilon. Son magasin est le lieu de toutes les surprises : on y trouve les chapeaux les plus fous, les plus fabuleux, les plus dangereux, les plus rigolos, les plus émouvants, les plus familiers.

      Ils ont des noms ravissants ou fascinants : le chapeau transatlantique, Tzigano Circus chapeau chapito, Stradivari Capello, Éternel Retour chapeau de cendre, Lacrima bibi chapeau à pleurs... Oh et ça alors ! Le feutre de d'Artagnan ! Le chapeau de Mata Hari ! Le casque de Don Quichotte ! Ils sont tous là ! Quel plaisir d'être dans le secret des dieux : on trouve bien des surprises au fond de tous ces couvres-chefs...

     Et le fameux inventaire est raconté sur un ton désopilant de marchand ambulant très fier de ses produits et bien décidé à convaincre de leurs qualités qui pour le coup sont renversantes. J'AIME !!!

 

IMG_2863.JPG  IMG 2869

 

 

      Enfin, les illustrations. Dernier aspect merveilleux de l'album, et pas des moindres ! Des techniques hallucinantes de fabrications (expliquées à la fin de l'ouvrage et ça c'est trop top) qui permettent un résultat phénoménal : sur les illustrations sont superposés des bouts de tissu et / ou de menus objets insolites pour un résultat spectaculaire. Des univers palpables s'offrent à nous, aussi cocasses que poétiques, qui m'ont fait tomber amoureuse de cet album.

 

     Tout, texte, mise en page, illustrations, transpirent l'amour des choses bien faites, le goût de l'inattendu et l'envie de partager un peu de magie avec le lecteur. Un album spécial choc artistique, qui sera pour toujours bien placé dans le palmarès des lectures de mon coeur. Je ne dors pas avec mais c'est seulement parce que j'ai trop peur de l'abimer.


 

IMG_2875.JPG IMG_2862.JPG IMG_2865.JPG IMG_2864.JPG

 

L'univers de Frédéric Clément : {suivez le guide} !

Albin Michel Jeunesse c'est {par là}...

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by Zouz - dans Albums
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 23:09

... puisque Karl Lagerfeld himself veut faire un parfum aux senteurs de livre !

 

Bon d'accord, ce sccop était un faux buzz, Karl a réfuté l'info il paraît. Too bad.

Mais l'idée est trop bonne pour ne pas finir par être réalisée... Affaire à suivre !

 

 

Karl-Lagerfeld-library.jpg

 

(photo trouvée sur www.angelitam.com)

Repost 0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 20:11

     Violette, rédactrice du blog Doucettement, m'a très gentiment proposé de répondre à son TAG spécial illustrateur (organisé également par Za). Je m'empresse donc (d'essayer) de sélectionner the very best (à mes yeux)...

 

Violette et Za suggèrent de limiter le choix à 15 artistes, mais en ce qui me concerne je pense que je vais faire moins que ça : je connais trop peu d'artistes (je veux dire "connaître vraiment bien", pas seulement "de vue" au détour d'un rayon de librairie) pour que la sélection soit réelle. Ce sera donc plutôt mes coups de coeur du moment.

 

Elles ont introduit leur sélection avec ce petit préambule :

 

Qu'ils soient illustrateurs, dessinateurs de BD,

vivants ou trépassés,

mettez à l'honneur ceux qui enchantent vos mirettes,

ceux qui vous font rêver,

ceux qui vous font rire,

ceux qui vous plantent un monde en quelques traits,

ceux sans qui vos bibliothèques seraient bancales,

ceux sans qui vos lectures manqueraient de sel !

Et soyez forcément frustré(e)s d'en oublier,

de n'en citer que quinze (vous pouvez en citer plus, on s'en fiche, en fait !).

 

Alors à mon tour :


 

pinoccio couvQuentin Gréban, pour son don pour la douceur, la rondeur, l'émotion et son sens aigu de la mise en scène. Un artiste aquarelliste que j'ai réellement découvert avec son Pinocchio, variation brillante autour de l'oeuvre de Collodi, plus cruelle que l'on croit. Il fallait toute l'habileté de Gréban pour mettre en scène avec finesse et tendresse l'histoire de cette marionnette malmenée par l'existence... Pour en savoir plus sur cet album : par ici !

 


benjamin-lacombe.jpgBenjamin Lacombe ou l'incontournable du moment. Il était une fois m'a subjuguée (mon billet ici), et je ne cesse de m'extasier devant son travail. Je pense notamment à La Mélodie des tuyaux, Blanche Neige, Les contes macabres entre autres merveilles... Un illustrateur aussi sombre que lumineux.

 

 

 

alice.jpgRébecca Dautremer, qui m'a fascinée avec son travail sur Alice au pays des merveilles (chronique à venir très bientôt) : entre rêve et cauchemar, Dali et les surréalistes ne sont pas loin. Un travail d'une rare intensité ! Dès que je vois un livre illustré par elle, mon émotion est la même...

 

 

 

lapin.jpgÉléonore Thuillier parce que ses personnages sont décidément trop fun. J'aimerais bien vivre dans les mondes qu'elle dessine ! Être un lapin tout rond et complêtement allumé hahaha ! Je me fends la poire dès que je feuillette un de ses livres, avec tous ces animaux terriblement expressifs... C'est juste un petit bijou d'humour et de fraîcheur !

 

 

 

charlotte-Gastaut.jpgCharlotte Gastaut, pour son univers enchanteur... Les associations de formes et de couleurs pour lesquelles elle opte ont le chic pour me surprendre et me ravir. Je pense notamment au parfait Grand Voyage de Mademoiselle Prudence, plein de jolies surprises (chronique ici !).

 

 

 

frederic-clement.jpgFrédéric Clément, illustrateur fascinant s'il en est. Vraiment différent de tout ce que j'ai pu rencontrer jusqu'à présent, je l'ai découvert il y a peu avec Chapellerie pour dames de coeur, chats bottés et enfants songes (chronique à venir également !). Tous ses livres sont des trésors faits de trouvailles plus folles les unes que les autres, y compris dans la mise en page. Les détails bientôt...

 

 

Betty-Bone.jpgBetty Bone, pour son trait novateur et dynamique. Aplats de couleur et graphisme épuré sont au rendez-vous et j'aprends à aimer ça de plus en plus, moi qui penche plus naturellement pour une illustration avec force détails (mes choix précédents l'attestent). Je ferai aussi probablement un billet plus détaillé très prochainement...

 

 

 

 

Mention spéciale pour tous les illustrateurs que je connais mal mais desquels je rêve de devenir familière, ceux dont parle Sophie Van der Linden dans cet article par exemple. Ça fait rêver n'est-ce pas ? Soupir... Tant de choses magnifiques, tant de choses qu'on ne verra jamais. Mais restons positifs, il y a aussi beaucoup de choses que l'on voit !

 

Je lève mon verre à tous ces artistes qui rendent la vie décidément plus belle

et qui nous remplissent la tête d'images qui deviennent nôtres.

 

! Merci à tous !

{et merci encore à Violette pour l'invit' ^^}

Repost 0
Published by Zouz - dans TAGs
commenter cet article
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 19:52

IMG 3351 IMG 3355

 

oxiseau-1.gif

 

Bernadette Gervais & Francesco Pittau

Les Grandes Pesonnes

2010

28,5cm x 40cm x 1,8cm

 

    Okay. Wow. Je dirais même WOOUUAAH ! C'est juste somptueux. Il fallait oser, au milieu de toutes les histoires originales que l'on trouve sur les étagères des libraires, faire un livre sans aucune histoire, presque sans mots, un livre tout juste documentaire. Bernadette Gervais et Francesco Pittau ont osé et ça valait le coup. Car s'il n'y a pas d'histoire ni de vraie démarche documentaire-pour-enfants, la confection de cet album n'en est pas moins puissamment artistique et extrêmement ludique ! Sa confection est d'ailleurs sa raison d'être ! Comme je l'ai signalé dans le billet sur Pleine Lune (pour le lire cliquez ici), il s'agit d'un ouvrage qui était candidat au prix de la Neuvième Nuit du livre, qui récompense les plus belles fabrications.

     Chaque double-page est un nouveau concept de lecture, j'espère que mes photos en témoigneront de façon suffisamment claire. Prises sur la table de ma cuisine avec l'aide mon Yoyo <3

 

IMG_1378-1-.JPG

IMG_1382-1-.JPG   IMG_1383-1-.JPG


     Les illustrations sont fulgurantes, à la fois très réalistes et... mieux que la réalité. Les couleurs des plumages explosent et chaque nuance est rendue, alors que parallèlement les contours de chaque plume n'est pas toujours explicite. Ce qui semble compter ici est l'infini des teintes qui composent les habits de nos amis ailés, ainsi que la subtilité de leurs silhouettes. Tous posent de profil, très "pros", de manière à ce qu'on les voit sous leur meilleur jour.

Ce que l'oeil ne verrait pas en vrai, ce livre le sublime.

     Ce qui est génial avec ce livre c'est qu'il est à la fois un jouet et un bel objet ! De quoi ravir... tout le monde ! Les tous petits, les moyens, les moyens-grands et les très grands (ça me rappelle les classes à la maternelle haha). Peut-être pour ça qu'il a été publié aux éditions Les Grandes Personnes... C'est un livre pour adultes déguisé en livre pour enfants ! Ou l'inverse ? Ce coquin de livre n'en a pas fini d'être inclassable et c'est ça qui est sensass'...

 

IMG_1384-1-.JPG  IMG_1388-1-.JPG  IMG_1387-1-.JPG  IMG_1385-1-.JPG

 

 

Juste pour le fun, réaction de mes coloc' lorsque je leur montre mon trésor et tourne les pages sous leurs yeux : "oh et y a quoi là-dessous ? oh et là, montre !" 

 

La fiche Ricochet de Bernadette Gervais {ici} ! Celle de Francesco Pittau {} ! (note : ils ont la même bibliographie !)

Découvrez Les Grandes Personnes : leur site !

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by Zouz - dans Albums
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 20:55

IMG 3352 IMG 3353

 

Nina-et-les-oreillers.jpg

 

 Alexandra Pichard & Maylis de Kerangal

Hélium

2011

28 x 18 - 48 pages

 

     Oh que c'est mignon, que c'est doux, que c'est rigolo. Et magique ! Nina a le pouvoir d'entrer dans les rêves des autres en posant la tête sur leur oreiller. Du coup elle les essaye tous ! C'est un peu de l'espionnage quand même... Mais on la pardonne parce qu'on est contents d'être du coté des espionneurs =)

     Les rêves sont poétiques, inattendus (le grand frère ultra timide rêve qu'il est une rock star) ou drôles (la maman rêve de Georges Clooney... comme on la comprend) ! Grâce à ce petit scénario, on navigue allègrement dans des mondes parallèles, chaque page tournée  donne sur un nouvel univers. Les petites scènes sont poétiques, survoltées, cocasses, douces comme une déclaration d'amour (et je ne dis pas ça au hasard héhé...).

 

nina et les oreillers 2

 

     Je ne sais pas comment c'est possible mais les illustrations sont duveteuses. Oui duveteuses, comme un oreiller. C'est doux, c'est vaporeux, les contours des silhouettes et du décor ne sont pas tranchants et donnent l'impression d'un très léger flou ambiant, un peu comme si un voile de fumée arondissait les angles. Vraiment comme dans un rêve !

     Cet album est à la fois frais et gracieux. J'aime autant le texte (posé mais avec un ton de petite fille bien d'aujourd'hui, que les petites lectrices apprécieront) que l'image, devant laquelle on se sent bien. Une petite merveille !

 

Pour voir un peu plus de l'univers d'Alexandra Pichard, par {} !

Et les éditions Hélium c'est {ici}...

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by Zouz - dans Albums
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 20:24

IMG 3353

 

la-vie-juste-a-cote.jpgAnne Mulpas & Marjorie Pourchet

Sarbacane

2010

24,3 x 32,2 x 0,8 cm - 30 pages

 

     On pourrait croire que regarder droit devant soi permet de voir loin et de voir beaucoup de choses. Erreur. Regarder droit devant c'est oublier qu'on a le choix, et c'est ce que la petite fille de notre histoire va comprendre...

     Tous les jours le même rituel : regarder droit devant lorsqu'elle se prépare pour aller à l'école et surtout regarder droit devant sur le chemin de l'école. Ne pas se disperser. Mais ce jour là ne sera pas un jour comme les autres : la petite fille va oser détourner le regard. Qu'elle n'est pas sa surprise quand la ville s'anime soudain et se met à danser ! L'eau du caniveau devient ruisseau, le goudron n'est plus uniforme mais se perce pour laisser voir un peu d'herbe, les arbres jouent à chat perché...

 

la-vie-juste-a-cote-2.jpg

 

     Le texte d'Anne Mulpas, qui sent la poésie, est doux et rythmé et se marie à merveilles avec les illustrations de Marjorie Pourchet. L'illustratrice rend avec talent toute l'animation et le mouvement, toute la folie douce qui entoure la petite fille au fil des pages : les couleurs passées et comme un peu viellies habillent les sauts du décor et les déhanchés des personnages fantastiques qui l'habitent. Quelques touches de couleurs vives apportent à l'ensemble la bonne dose de gaieté. On se croirait dans un rêve alors que ce qui nous est montré est précisément la réalité, telle que nous la verrions si nous n'avions pas la tête dans le guidon...


     C'est tendre et bondissant, et il y a aussi une petite histoire d'amour ;-) parce que c'est comme ça que la réalité doit être, pas vrai ?

 

Je n'ai pas trouvé le site personnel de Marjorie Pourchet (si quelqu'un le connait ?) donc voici sa fiche Ricochet, idem pour Anne Mulpas...

Et les éditions Sarbacane c'est {ici} !

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans Albums
commenter cet article
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 19:31

IMG 3351 IMG 3355

 

pleine-lune.jpg

 

Antoine Guilloppé

Gautier-Languereau

2011

32,5 x 29,5 cm - 31 pages

 

     Ce n'est pas pour rien que le jury de la Neuvième Nuit du Livre a décidé en mars dernier de décerner le prix du livre jeunesse, récompensant la plus belle fabrication, à cette merveille qu'est Pleine Lune. Pourtant les candidats au trophée n'étaient pas des moindres : Il était une fois de Benjamin Lacombe (chronique ici), Oxiseau de Bernadette Gervais et Francesco Pittau (chronique à venir) et Chapellerie pour dames de coeur, chats bottés et enfants songes de Frédéric Clément (à dénicher au plus vite).

     Pleine Lune est un livre-dentelle d'une beauté et d'une grâce rares, aussi sombre que lumineux, aussi inquiétant qu'apaisant. Entièrement en noir et blanc, sans même une nuance de gris, c'est un tour de force que les équipes de Gautier-Languereau accomplissent ici. Les pages blanches finement découpées sont noires au verso, et vice versa, ce qui donne à chaque illustration deux vies distinctes et à la fois inséparables. Sans compter les jeux d'ombres lorsque l'on regarde l'album sous la bonne lumière ! C'est une féérie que de tourner les pages de ce livre...

 

IMG_2857.JPG

 

     La couverture fait un peu peur : la tête d'un loup au regard franc se découpe, les détails sont autant de taches blanches sur le fond noir. L'animal a l'air de défier le lecteur : osera-t-on franchir la couverture et suivre la bête dans la nuit de la forêt ? La curiosité attisée par cette ténébreuse invitation, nous entrons. Et on est un peu surpris, voire rassurés, de voir que l'inquiétude est plus grande du coté des animaux que du nôtre : apparemment quelque chose d'inhabituel se passe cette nuit-là...

     (Décou)Page aprés (décou)page, on découvre un à un tous ces animaux inquiets et aux aguets. Seuls les ours sont sereins, et ils ont bien raison. C'est l'issue du livre et je vous laisse la découvrir vous-même ;-)

 

     Il s'agit bien d'un livre somptueux à la fabrication audacieuse et radicale, dont je regrette toutefois le peu de narration. J'ose avouer que j'avais rêvé d'une histoire un peu extraordinaire, un peu magique, quelque chose de moins simple. Cependant, il est certain que cette simplicité sera la bienvenue lorsqu'il s'agira de montrer ça à des tous petits ! Du coup, je pardonne à ce livre de ne m'avoir pas fait trop peur =)

 

Pour en savoir plus sur Antoine Guilloppé, par {ici} !

Pour voir de plus près les éditions Gautier-Languereau, par {} ! (présentation via le site Ricochet, parce qu'impossible d'accéder au site des éditeurs...)

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans Albums
commenter cet article
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 21:26

... puisque la Bête offre à la Belle une bibliothèque entière pour lui plaire !

 

belle-et-la-bete-bibli.jpg

 

la_belle_et_la_bete_ost.jpg

 

La Belle et la Bête - Studios Disney - 1991

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans C'est beau un livre...
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 19:51

IMG 3352

 

guerre-des-poux.gif

 

Marypop - Olivier Daumas

Scarabéa

2010

17,5 x 34,5 cm - 24 pages

 

 

     Beurck les poux.

Forcément, ça doit soulever plus de dégout en moi qu'en un bambin de 3 ou 4 ans qui n'en a pas encore eu... Heureusement que ceux de ce livre son carrément drôles ! Ils ont une dégaine trop comique avec leurs super longs nez et leurs sourires édentés ! Note : en terme de dégaine les humains sont pas mal lotis.

     Mais alors de quoi ça parle ? Et bien très simplement d'un jeune couple de poux fraîchement mariés qui cherche à s'installer dans la chevelure de leurs rêves. On les suit de crâne en crâne, crâne de reggae man, crâne lisse, crâne d'enfant... Aaaah les crânes d'enfants... si doux, si moelleux. Et avec plein de voisins !!! Le deuxième volet du livre narre la façon dont le couple Poupou-Pouilleuse et sa progéniture vont devoir lutter pour survivre aux plus terribles épreuves : ciseaux, gaz toxiques, recettes bizarres...

 

guerre-des-poux-2.jpg

 

     Les dimensions de cet ouvrage sont très rigolotes : l'album est tout en longueur avec des images qui se regardent dans tous les sens. Le texte de Marypop est très fun et l'univers de l'illustrateur Olivier Dumas fait mouche : décors simples mais personnages bourrés de détails. Personnellement j'adore regarder les poux un par un et noter toutes les sortes de chaussures dont leur "papa" les a affublé :-)

     Les dessins d'Olivier Dumas ont pour fond des pages de vieux journaux recouvertes de peinture mais dont on aperçoit encore quelques mots, et ça c'est chouette ! Ça fait un peu système D et ça rajoute beaucoup de charme à l'ensemble...

 

Arf... au bout du compte je les aime bien moi les poux !

 

Le blog d'Olivier Dumas c'est {ici}, les éditions Scarabéa c'est {} !

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans Albums
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 12:44

IMG 3351 IMG 3352 IMG 3355

 

prudence.jpg

 

Charlotte Gastaut

Flammarion

2010

25,5 x 33 cm - 49 pages

 

     Ranger sa chambre ? Se préparer pour être à l'heure ? OBÉIR À SA MAMAN ?! Non mais attendez on a des trucs vachement plus drôles à faire !

     Surtout quand on s'appelle Prudence et qu'on a de l'imagination à revendre... Rien que la première double page de cet album merveilleux en témoigne : bienvenue dans la chambre de la demoiselle, où s'étalent les vestiges de ses jeux et rêveries passés et présents. Des dessins de princesses accrochés aux murs (dont certains dépassent même du cadre de la feuille), un nounours ficelé à une chaise, une poupée manchot coiffée d'une chaussette à pois, des billes et des feutres partout sur le sol, une petite fleur bien installée sous une lampe allumée, un oiseau rose fluo qui cuicuite hors de sa cage et, dans un coin, une petit fille échevelée assise sur un bon gros coussin.

     Inondée par le flot de paroles de sa maman, Prudence préfère faire abstraction et fait le pitre. Tant et si bien qu'elle s'envole vers d'autres cieux avec son ami l'oiseau ! Je dis "d'autres cieux" et pour cause : le grand voyage de Mademoiselle Prudence commence par une virée au milieu des nuages. Puis quelque chose l'attire : de petites branches délicates percent le coton immaculé des nuages. Qu'à cela ne tienne ! Elle va aller voir tout ça de plus près...

     À partir de là commence une série de péripéties dont la continuité est savamment assurée par des découpages opérés à l'intérieur des pages, comme autant de petites fenêtres qui guident et Prudence, et le lecteur. Une forêt bleutée où l'on grignotte des cerises avec les oiseaux, une jungle bariolée peuplée de petits monstres sympathiques, un câlin avec un éléphant qui arrose les plantes, une plongée en eaux troubles avec gros poissons et jolies sirènes (sublime suite de feuilles calques qui miment la transparence de l'eau et qui font apparaître les détails petit à petit), rencontres de monstres gigantesques, poétiques et drôles... Je ne détaillerai pas tout, il faut garder une part de mystère !

 

prudence-3.jpg

prudence-2.jpg

 

     Ce livre est une pure réussite en ce sens qu'il est un exemple parfait de ce que les savoir faire de l'édition, dans toute leur variété, peuvent accomplir : le talent de l'auteur-illustrateur, indéniable (univers d'une variété fascinante et des choix ravissants dans le traitement des détails), mais aussi celui de l'éditeur et des fabricants qui ont sû choisir les bonnes options de conception de ce petit bijou, dans lequel le texte est pourtant presque totalement absent (la poésie se fait ailleurs que dans les mots icic...).

     Un livre, un vrai, pas juste une histoire et des dessins (même si je n'ai rien contre cette formule !), un concept, un vent de fraîcheur, un jouet presque...

     Magique ! Et d'ailleurs j'en veux encore !

 

Le blog de Charlotte Gastaut c'est {ici}... (son site est en cours de construction)

Celui de Flammarion c'est {}...

 

challengealbumbig1

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans Albums
commenter cet article