Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos

  • : Livres comme l'air...
  • Livres comme l'air...
  • : En quête de livres intergénérationnels...
  • Contact
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 11:26

IMG 3352 


western spaghetti bis

 

Catherine Gualtiero

Ecole des loisirs

2008

 

     Enzo, élève de sixième, n'a en tête que du cinéma. Il se fait des films, se met en scène dans diverses situations, se voit déjà grand cinéaste, rêve... Ou rêvasse plutôt, si l'on en croit sa prof de maths. C'est un incompris, dans ce monde qui banit souvent l'imagination. Heureusement, il fait la connaissance de Maé Coblence, qui dirige l'atelier cinéma du collège et qui va être celle par qui l'esprit d'Enzo va se libérer et s'enthousiasmer encore plus pour le septième art.

     Le récit est mené à la première personne, le "je" d'Enzo, qui il faut bien le dire, a une gouaille ravageuse. Humour et efficacité du texte : ça passe tout seul. On aurait pu imaginer un ton mélancolique et doucement rêveur, au lieu de ça, Enzo a du rythme dans les mots, à l'image du cinéma qu'il se fait : un cinéma de western spaghetti qui nous tient en haleine.

 

western-spaghetti.jpg

 

     Un petit roman sur la différence, la créativité, mais aussi sur l'ambition. Enzo ne rentre pas dans le moule scolaire et n'aime pas "appliquer des formules sans réfléchir" (consigne phare de sa prof de maths), il préfère faire fonctionner son cerveau à plein régime et créer ses propres règles. Il a beau ne pas correspondre aux attentes de l'Ecole, il n'en est pas moins brillant et a une volonté de fer, qualités pourtant recherchées par la société d'aujourd'hui, même s'il semblerait qu'elle ne sache pas toujours où regarder.

     Ce roman est un potentiel plaidoyer en faveur des matières littéraires et artistiques, trop souvent méprisées à notre époque (même si l'on observe en ce moment un regain d'intéret), époque qui a tendance à beaucoup plus valoriser les esprits scientifiques et/ou commerciaux (il en faut, certes, mais il ne faut pas que ça).

Partager cet article

Repost 0
Published by livres comme l'air - dans Romans jeunesse
commenter cet article

commentaires

Livres comme l'air 03/12/2010 09:00


Le roman fait 60 pages donc euh... Allez, une demie heure trois quarts d'heure :)


StarCactus 02/12/2010 21:05


C'est long à lire ? Ca donne envie, ça a l'air super frais :)