Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Infos

  • : Livres comme l'air...
  • Livres comme l'air...
  • : En quête de livres intergénérationnels...
  • Contact
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 11:50

IMG_3383.JPG

Emmanuelle Houdart & Marie Desplechin

Éditions Thierry Magnier

2011

38 x 28 cm environ, 51 pages


Attention chef d’œuvre

 

      Au rayon jeunesse je n’ai vu que lui. Je l’ai aperçu de loin et une attirance incontrolable m’a forcée à ne pas le quitter des yeux jusqu’à ce qu’il soit dans mes mains. Déjà de loin je savais qu’il allait être une expérience unique.

 

     Une fois en tête à tête avec lui, je regarde auteur/illustrateur/édition. Marie Desplechin/Emmanuelle Houdart/Thierry Magnier. Desplechin, je connais, j’aime. Thierry Magnier, je connais, j’aime. Emmanuelle Houdart, inconnue au bataillon mais désormais (et pour toute la vie) occupante d’une énorme place dans mon cœur ! Sur la couverture, un colosse en justaucorps noir, les yeux pleins de larmes et jonglant avec de délicates petites silhouettes féminines. Mais les silhouettes ne sont que des robes dépourvues de corps, sans petit cœur qui bat à l’intérieur ! Sur le corps du colosse, les tatouages recouvrent la peau partout où cela est possible. Seul le visage n’a pas été grignoté par la couleur. Quand j’ai vu cette couverture j’ai été profondément troublée par cette tristesse infinie cernée de motifs et de couleurs plus flamboyants et inquiétants les uns que les autres, cette solitude emmenant avec elle les noms de ses amantes et assise sur une pile de livres aux titres évocateurs…

Les saltimbanques.

Ce serait ça alors : des êtres colossaux, monstrueux, dérangeants mais délicats, vulnérables et aussi admirablement beaux. Fascinants, en somme.


      Qu’à cela ne tienne, j’ouvre le livre et me trouve nez à nez avec une galerie de personnages effectivement hors du commun. Ils sont tous là : sœurs siamoises, homme tronc, femme à barbe, diseuse de bonne aventure, « receveuse » de couteaux, dresseur de mouches… Une famille fantastique et inattendue nous ouvre les portes de son univers et des vies qui l’occupent. Chacun a son histoire et c’est là que l’habileté de Marie Desplechin entre en jeu. Nous sommes bien loin des clichés et l’auteur a eu le talent de créer des portraits aussi hauts en couleur que sont les illustrations. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les personnages prennent une consistance inouïe. L’une des bonnes idées de l’auteur est d’avoir choisi de « raconter les portraits » à la première personne, à travers les yeux d’un adolescent mal dans sa peau pour qui le cirque sera une rédemption (mais plus subtile que ce que vous pensez). Immersion profonde donc.

 

IMG_3387.JPG IMG_3388.JPG IMG_3389.JPG

IMG_3390.JPG IMG_3391.JPG IMG_3392-copie-1.JPG

IMG_3393.JPG IMG_3394.JPG IMG_3395.JPG

Voici volontairement une série de détails des images, pour vous donner envie d'aller découvrir ce qu'il y a autour !

 

     Les images. Emmanuelle Houdart je vous aime. Cela fait bien longtemps que l’enfant qui sommeille en moi (comme en nous tous), tapi dans l’ombre mais attendant le moment de surgir, n’avait pas été aussi remué par tant de beauté troublante. Je crois que vous appelez ça « le merveilleux et l’épouvantable ». Vos illustrations (je devrais d’ailleurs dire vos « images », vos « visions », car celui qui illustre ici, c’est le texte), sont de celles qui marquent une vie et une imagination à jamais. Que n’ai-je découvert votre monde plus tôt ! Petite fille je suis certaine que cet album aurait été mon trésor. Celui que l’on aime et dont on a peur, celui qui obsède. Mais je suis heureuse parce que même aujourd’hui, même « grande », j’ai ressenti ce que j’aurais ressenti il y a quinze ans. Je pourrais parler des notes surréalistes, des influences possibles mais au fond, ce serait l'interprétation de l'adulte que je suis et qui en cet instant, m'intéresse beaucoup moins.

      Ce livre est pour moi la preuve ultime que le livre peut être totalement intergénérationnel. Que les peurs, les fascinations et l’admiration peuvent rassembler de un à cent ans. À travers ces héros surhumains, humains tout court finalement, nous nous retrouvons tous et ça, c’est merveilleux et épouvantable.


      Merci à Emmanuelle Houdart, Marie Desplechin et les Éditions Thierry Magnier pour le cadeau qu’ils nous font.

 

Nota bene : est-il utile de préciser que je me suis précipitée sur la bibliographie d’Emmanuelle Houdart ? Je vous la conseille, naturellement…

 

                                                                   challengealbumbig1 monstrueuxchallenge

Partager cet article

Repost 0
Published by Zouz - dans Albums
commenter cet article

commentaires

Emmanuelle houdart 29/02/2012 00:01

Chère Zouz, Merci infiniment pour votre billet que je lis ce soir en fumant les dernières cigarettes de la nuit, dans mon atelier. Ce n'est pas tous les jours qu'on me dis " Je vous aime "et que je
lis une critique aussi merveilleuse.Ca m'accompagnera sur mon chemin.

Toute belle soirée à vous !
Emmanuelle

Zouz 01/03/2012 10:50



Et ce n'est pas tous les jours que l'artiste que l'on aime prend le temps de vous laisser un message... Merci d'être passée par chez moi et à très bientôt : nous nous recroiserons sans nul doute
sur les routes de votre univers qui me fascine.


Que la journée vous soit belle !



Noukette 13/11/2011 16:46


J'ai eu la chance de rencontrer Marie Desplechin dans mon collège en juin dernier, avant la sortie de Saltimbanques. A l'époque, elle nous avait emmené les épreuves de cet album, quelques dessins
originaux... C'était somptueux, le résultat a l'air de tenir toutes ses promesses !


Zouz 13/11/2011 16:58



Hhhhaannn la chaannnnce ! Oui le résultat est tellement... fou ! Les dessins originaux étaient grands comment ?



Jeneen 04/11/2011 22:19


superbe billet, très très belles illustrations mais je ne suis pas sûre qu'enfant j'aurais accrocher ...en tout cas pas tout de suite !!! je le note, bonne nuit et fais de beaux rêves !


Zouz 05/11/2011 19:45



Chacun ses préférences  l'essentiel est d'apprécier Saltimbanques un jour ou l'autre  bonne soirée à la Miss et à toi !



alice 23/10/2011 04:06


Feuilleté en librairie, et gros coup de coeur! Un prochain achat pour moi.

J'ai découvert E. Houdart petit à petit. pas évident au début de me familiariser avec ses illustrations, fort heureusement le regard s'éduque!


Zouz 23/10/2011 15:21



Oui effectivement, ce doit être plus dur d'aborder Emmanuelle Houdart avec sa Garde-Robe par exemple ! Parfaitement d'accord en ce qui concerne l'éducation du regard... Il y a
beaucoup de choses que j'aime aujourd'hui, auxquelles je n'aurais pas prêté attention autrefois. Évoluer c'est chouette =)



Za 20/10/2011 21:14


J'ai attendu cet album impatiemment. Et lorsque je l'ai eu entre les mains, oserai-je le dire, il m'a fait peur. Beaucoup de texte, les illustrations... Très fortes. Trop ? Je n'ai pas eu l'envie
d'aller plus loin. Et puis ton billet, qui me souffle. Quel enthousiasme ! Et les raisons de cet enthousiasme sont touchantes. Tu me donnes envie d'y retourner voir, de ne pas m'arrêter à cette
première impression. Merci !


Zouz 21/10/2011 10:15



Je comprends tellement ta réaction première ! Cet album, c'est une grosse claque. Soit on lui en veut de nous avoir giflé, soit on prend notre courage à deux mains et on tend l'autre joue =)
C'est absolument vrai qu'il fout la trouille, taille du texte et illustrations, comme tu le remarques dans ton commentaire...


Si mon billet peut te le faire voir d'une autre manière alors je suis comblée, et touchée. La peur ne disparaîtra pas, bien sûr, mais elle deviendra peut-être source d'émerveillement et de
souvenirs marquants ;-)


Bisettes, et à bientôt évidemment !